News

L’artisanat, un secteur porteur d’avenir entrepreneurial

Aujourd’hui, beaucoup de jeunes ne se retrouvent plus dans les entreprises « classiques » (offres d’emplois insatisfaisantes, hiérarchie verticale, administration pesante …). Selon Domplus-BVA (groupe d’études et de conseil, expert en sciences comportementales), 82% des moins de 35 ans considèrent qu’il est difficile de réussir sa vie professionnelle et seuls 58% d’entre eux se disent optimistes quant à leur avenir professionnel. « Burn-out », « bore-out » ou encore « bullshits jobs », sont des mots anglais présents notre vocabulaire quotidien et qui reflètent le mal-être des jeunes dans notre société.  

La quête de sens est un point important pour les nouvelles générations, plus qu’un revenu confortable, une sécurité ou encore un statut valorisant. Les nouveaux travailleurs cherchent en permanence l’authenticité, le concret, les liens et les rencontres humaines au sein de leur métier.

« Ces dernières années, une activité s’est fait remarquer et semble répondre à ces problématiques : l’artisanat ! Les métiers manuels sont de nouveau dans l’air du temps, eux qui ont longtemps été délaissés, souvent perçus comme « une voie de garage pour ceux qui n’ont pas une tête bien faite ». […] Le retour à l’artisanat est aussi le symbole du retour à certaines valeurs comme la volonté du travail bien fait, le lien direct avec le client, le temps long, la durabilité des produits. […] L’artisanat est en adéquation avec l’évolution de notre manière de consommer : plus local, éthique, durable, et la recherche d’objets qui ont une histoire. La surconsommation et l’abondance ont noyé les égos dans l’uniformisation. Aujourd’hui, le consommateur est en quête de produits originaux et personnalisés, il recherche plus de traçabilité et de l’authenticité dans ce qu’il achète. Acheter artisanal le rapproche du facteur humain. Il sait que ce sont des mains comme les siennes qui ont façonné le produit. Tandis qu’un achat depuis une grande industrie ne pourra apporter cette humanisation. » (Daphnée Poupart-Lafarge, cofondatrice de Mazonia.fr, plateforme de vente d’artisanat)

Dans ce contexte l’artisanat a certainement un bel avenir devant lui ! Il est d’ailleurs un secteur-clé tant du point de vue de l’économie que du patrimoine de notre pays.

Grâce à la qualité et à la diversité des produits et des services qu’il offre, l’artisan augmente la qualité de vie au quotidien. De plus, il est le dépositaire de traditions anciennes, de techniques éprouvées, d’une culture qu’il enrichit et adapte au gré des évolutions de la société et des goûts de sa clientèle.

Maarten Vandebeeck, jeune apprenti boucher de 20 ans qui a participé au concours « La Vitrine de l’Artisan » en 2018, a décidé lui aussi de développer l’aspect écologique de son métier artisanal en prêtant beaucoup plus attention au respect pour le produit et pas seulement à la dégustation de celui-ci. rouvrir une formation à l’IFAPME pour que je puisse me former dans un cadre légal et réglementé. »

  • Text Hover


Néanmoins, le secteur semble encore souffrir d’un manque de valorisation et l’artisan est en constante recherche de reconnaissance. L’artisanat participe pourtant activement au développement de l’économie locale et nationale, mais il reste relativement méconnu, tant du grand public qui n’ose parfois pas pousser la porte du commerce artisanal à proximité, que des jeunes, à qui le secteur offre cependant de multiples possibilités de filières. Encore faut-il les connaître… 

La plupart des revendications des artisans, quand elles ne concernent pas le domaine fiscal, portent sur la formation des jeunes aux métiers manuels :
  • Text Hover

« Le véritable travail du cuir a été pour moi une révélation ! Seul problème : la formation à ce métier –cordonnier- n’existe plus. Il a donc fallu rouvrir une formation à l’IFAPME pour que je puisse me former dans un cadre légal et réglementé. » Aubin Dascotte, Apprenti Vitrine de l’Artisan 2018.

Il est donc primordial de continuer à être le relai de cette information, d’étendre une image positive de l’artisanat, de valoriser ces formations, de les rendre accessibles, de soutenir le milieu des petites entreprises, etc. car la mise en valeur de l’artisanat permet de dynamiser un secteur économique et de stimuler un vecteur d’emplois pour l’avenir. Faire connaître les métiers et les opportunités afin de susciter des vocations auprès des jeunes pourrait transformer notre secteur de formation et même notre économie !

Dans cette lancée de valorisation du secteur artisanal, des avancées apparaissent petit à petit, avec notamment l’adoption en juin 2012 d’une nouvelle définition légale approuvée par le Conseil des ministres : « Un artisan est un travailleur indépendant actif ou une entreprise active dans la production, la transformation, la réparation, la restauration d´objets, la prestation de services dont les activités présentent essentiellement des aspects manuels, et qui développent un certain savoir-faire axé sur la qualité, la tradition et la création. » 

En décembre 2013, le projet de loi sur le nouveau statut de l’artisan est approuvé par le Conseil des ministres. Et depuis 2016, la reconnaissance d’un statut légal de l’artisan, proposé par le SPF Economie. Cette reconnaissance est octroyée en fonction de critères tels que le caractère authentique de l’activité, l’aspect manuel du travail et le savoir-faire de l’artisan. L’artisan reconnu dispose d’un label et bénéficie ainsi d’une plus grande visibilité auprès du public. On compte aujourd’hui un peu plus de 1500 artisans bénéficiant de cette reconnaissance.

Quelques initiatives soutenues par des partenaires publics et privés se mobilisent également chaque année pour permettre une plus grande visibilité du secteur, mais surtout mettent en valeur les jeunes artisans belges, par exemple : Le concours « La Vitrine de l’Artisan », organisé par  l’ASBL Besace depuis 2006, la bourse Sofina, le réseau Worldskills, … Favoriser la connaissance de ces différents secteurs auprès du grand public, permet aux jeunes de se diriger vers des vocations peu connues, mais prometteuses et porteuses d’avenir !   

Océane Kins
Besace

Author


Avatar