News

Relativisation de la vérité

De la prépondérance croissante de l’opinion par rapport à la vérité
La recherche et l’acceptation de la vérité en tant que pilier moral et politique est certainement un des legs majeurs des Lumières aux générations qui lui ont succédé. Néanmoins, depuis plusieurs décennies, la valeur de la vérité dans l’espace public semble souffrir d’un recul inquiétant.

La vérité est l’expression d’une connaissance conforme à la réalité ou aux faits tels qu’ils se sont effectivement déroulés. Le mensonge, quant à lui, est une assertion qui lui est contraire et le menteur prendra souvent beaucoup de soin à ne pas révéler la vérité. Mais aujourd’hui, le mensonge semble avoir fait place à une autre forme de discours, aux noms multiples : la post-vérité, les faits alternatifs, le bullshit, bref toutes sortes d’allégations infondées.

À l’inverse du menteur, le « bullshiteur » ne se préoccupe pas de la vérité et il semble mépriser aussi  bien la logique que les analyses scientifiques. L’idée même de vérité est ici caduque. Ce qui intéresse l’auteur de ces propos, c’est exclusivement l’effet qu’ils auront sur l’opinion publique, peu importe leur caractère plus ou moins fondé. Lorsque, durant la campagne du Brexit, Nigel Farage assène à tous qu’en sortant de l’UE, le système de soins de santé britannique (NHS) récupèrerait 350 millions de livres par semaine, il se soucie peu du fondement de cette déclaration ou que des analyses démontrent son invraisemblance.Culoté, il n’hésitera d’ailleurs même pas, dès le lendemain du vote, à qualifier « d’erreur de [son] camp » cette affirmation sur le NHS. Ce qu’il dit est faux, tout le monde sait que c’est faux, mais cela marque malgré tout les esprits et insère le doute chez les plus crédules.

« Le contraire de la vérité n’est pas le mensonge mais la conviction » écrivait Nietzsche, philosophe du soupçon par excellence qui dénonçait le caractère absolu et illusoire de la vérité entendue comme norme universelle. Seulement, ces allégations chocs et sans fondement se multiplient dans la bouche des détenteurs d’autorité (politique, économique, culturelle etc.), et la vérité semble revêtir un caractère moins impérieux que par le passé.   

Naturellement, toutes les vérités ne sont pas uniques et intangibles. Il suffit de se rappeler que des crèmes au radium et thorium, vendues en pharmacie, vantaient leurs bienfaits radioactifs il y a seulement un siècle. Cependant, il ne faut pas considérer la vérité comme étant seulement une information ou un pur concept aristotélicien, c’est aussi et surtout un ensemble de méthodes acceptées (car fondées sur des techniques démontrables et reproductibles) qui visent à représenter, découvrir et anticiper les phénomènes qui nous entourent. Avec l’accumulation des connaissances humaines, les méthodes acceptées changent et certaines vérités évoluent mais l’idée même qu’il existe une vérité et que certaines méthodes sont les plus adaptées à sa révélation doit rester inchangée.  

En effet, ce principe de la vérité comme idéal culturel nous permet de cohabiter avec d’autres puisque nous partageons un référentiel commun aux fins de déterminer ce qui relève de la vérité plutôt que du mensonge ou de l’erreur.

L’émergence des médias de masse dans le courant du XXe siècle et davantage encore au XXIe a produit un formidable bourdonnement permanent d’information. Dans un tel contexte, pour surnager, il n’apparaît plus nécessaire de déclamer la vérité mais bien simplement de dire quelque chose, quel que soit le message et en ignorant (ou en faisant mine d’ignorer) les faits et la nécessité d’y soumettre leur argumentation. Toutefois, ce phénomène d’amplification de la parole publique n’est pas le seul responsable de  la relativisation de la vérité. Plus récemment, il semble qu’on assiste aussi à une glorification de « la vérité intérieure et personnelle », l’individu ne cherchant plus une représentation exacte de la réalité mais bien une représentation fidèle de l’idée qu’il se fait de la réalité (en faisant fi du nécessaire scepticisme ou de la solidité de ses raisonnements). 

Ce culte de la subjectivité est également vecteur de recul de la capacité à entendre une vérité contraire à l’image qu’on s’en est faite. D’aucuns tendent à se sentir victime des énoncés contraires à leur réalité. De nombreuses associations culturelles ou militantes utilisent cette mécanique « je me sens victime, donc je suis victime », avec une certaine efficacité car le registre de l’émotion rend bien souvent malaisée l’énonciation d’une vérité basée sur des statistiques ou des analyses de cas concrets qui passera pour froide ou insensible.  

Pourtant, la vérité a un aspect coercitif, elle s’impose au-delà de l’opinion, elle est démontrable. Que la Terre soit ronde, que le taux d’extrême pauvreté ne cesse de diminuer à grande vitesse ou que le surpoids ait un effet néfaste sur la santé ne devrait pas être sérieusement contesté, on voit pourtant que certains s’évertuent à nier cette vérité évidente et à fleureter avec les théories du complot ou à invoquer un statut de victime intouchable. Quant à savoir pourquoi une partie des individus adhère à des messages aussi simplistes et irréalistes, il faut peut-être chercher la réponse dans le lien de confiance nécessaire à l’égard des autorités de qui émanent la « vérité »  (les institutions, les élites). Force est de constater que la science et sa capacité à prévoir et mesurer les faits est aujourd’hui également bousculée par la manière dont les individus se pensent en tant qu’êtres autonomes. 

« Les individus sont désormais définis par un « moi émotionnel ». Devenir soi-même est devenu une norme. (...) Le populisme de « l’après-vérité »  [est] un effet pervers de la modernité qui invite les individus à se construire eux-mêmes » écrit le sociologue Claude Poissenot. 

À entendre un certain nombre d’individus et d’associations (souvent « anti-…») , la vérité serait un outil de pouvoir au service d’une tyrannie politique. C’est un renversement spectaculaire par rapport à l’époque des Lumières où la vérité était justement un outil contre les despotes. La vérité subit depuis peu des attaques en règle, au titre que chaque groupe ou individu a le droit de réclamer sa vérité, invoquant la primauté du choix individuel sur toute autre considération. Le phénomène atteint même le berceau initial des Lumières, les universités. De nombreux campus voient en effet des groupes divers tenter d’interdire ou de saboter des événements contraires à leur vérité. Le dernier exemple en date n’étant rien de moins que la tentative d’annulation à l’ULB d’une conférence avec des auteurs de Charlie Hebdo, dénoncés comme « réactionnaires » par un Cercle féministe, les Jeunes FGTB et l’Union syndicale étudiante. Ironie mordante, le thème de la conférence portait justement sur la liberté d’expression.  

Estimer que la pluralité des opinions est un principe fondamental de la démocratie ne signifie en aucun cas que toutes les opinions se valent. Face à ce relativisme, il est essentiel de ne considérer légitimes que les opinions issues d’une délibération et d’un examen critique.

Cette tendance au droit à la « non- offense » est de plus en plus présente sur les campus du monde entier qui organisent des « safe spaces » ou « espaces intellectuellement sécurisés » afin d’éviter les « micro-agressions » c’est-à-dire précisément la confrontation d’idées, qui ont pour but de dégager un énoncé au plus près de la vérité. Or, les personnes qui organisent ces espaces jouent un rôle de censeurs et de moralisateurs extrêmement nocifs à cette confrontation des idées. La vérité tend à être réduite à une différence d’opinion tant au plan moral que factuel. Coïncidence ou pas, ce phénomène de « censure de tout ce qui offense » s’est développé à la même époque que les réseaux sociaux, qui officient trop souvent comme les juges ultimes de ce qui peut être dit ou fait. 

En outre, et malgré d’autres grandes qualités indéniables, ces réseaux sociaux constituent une caisse de résonnance incroyable au sentiment « d’offense délocalisée ».Les images qui circulent en une fraction de seconde de cultures en cultures et l’interprétation qui peut en être faite ailleurs sera très souvent décontextualisées avec le risque d’être considérée comme offensante ou insultante par certains, rendant le sentiment de « micro-agression » permanent. Ce fut par exemple le cas des caricatures de Mahomet par un journal danois ou du tollé des chars du carnaval d’Alost.   

Selon l’auteur serbo-américain Steve Tesich, inventeur du concept de post-vérité, l’origine de la dévalorisation de la vérité serait à trouver dans le traitement de l’affaire du Watergate dans les années ‘70. Le président républicain Nixon avait tenté d’espionner le parti démocrate et ensuite de jouer de son influence pour étouffer ce scandale. Sans succès, il a été contraint de démissionner et d’ainsi éviter l’humiliation d’une procédure d’impeachment. Mais selon Tesich, « cette victoire [de la démocratie] a été suivie d’un phénomène inattendu. Que ce soit à cause du traumatisme du Watergate - dont les révélations s’ajoutaient aux nombreux crimes de la guerre du Vietnam - ou parce que Nixon a été si rapidement pardonné, le fait est que nous avons commencé à nous désintéresser de la vérité. La vérité était devenue synonyme de mauvaise nouvelle et nous en avions assez des mauvaises nouvelles, peu importe qu’elles soient vraies ou essentielles à la bonne marche de notre pays. Nous avons commencé à attendre du gouvernement qu’il nous protège de la vérité ». En somme, le rationalisme et le scepticisme en ce qu’ils participent au désenchantement du monde - c’est-à-dire à rendre compte de la vérité sous sa forme la plus aride - peuvent être de moins en moins perçus comme des comportements favorisant le bon développement de nos sociétés. 

Les mensonges ou les « vérités alternatives », chères à Donald Trump, ont la qualité de permettre à l’opinion publique d’ignorer les mauvaises nouvelles et de célébrer la fierté nationale ou de vanter les actions de leurs auteurs. En fin de compte, il est moins important que l’information soit vraie, pourvu qu’elle soit plausible. Les armes de destruction massive, justification à l’invasion de l’Irak en 2003, étaient un mensonge mais c’était plausible. Et ni Georges Bush ni Colin Powell n’ont véritablement subi de sanction à la suite de ce mensonge organisé. Dans un contexte de guerre, un exemple récent est le développement d’une stratégie de guerre hybride mise en place par la Russie lors de l’invasion de la Crimée en 2015, jouant à la fois sur le tableau militaire et de la désinformation à grande échelle. L’apparition soudaine, sur le territoire criméen, d’une force militaire sans uniformes estampillés du blason russe a permis à Vladimir Poutine de nier tout lien avec ces forces armées. Personne n’était dupe mais le message tournait néanmoins en boucle et les observateurs les moins connaisseurs estimaient devoir relayer cette possibilité au nom d’une forme de neutralité journalistique. C’est comme si la plausibilité d’une affirmation suffisait à rendre acceptable son énonciation. Ce remplacement de la vérité par la vraisemblance ou la plausibilité permet de n’être jamais limité dans ses arguments et de jeter facilement le discrédit sur ses adversaires.  

« Le mensonge n’est un vice que quand il fait mal. C’est une très grande vertu quand il fait du bien. Soyez donc plus vertueux que jamais. Il faut mentir comme un diable, non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment et toujours. Mentez, mes amis, mentez, je vous le rendrai un jour » écrivait cyniquement Voltaire. 

Nous sommes donc entrés dans cette ère de post-vérité qui valorise autant l’autonomie personnelle qu’elle ne rend commune la défiance à l’égard des institutions et des élites traditionnellement chargées de la production de la vérité.

Face à ce constat, il est indispensable d’expliquer à tous en quoi l’autonomie individuelle doit tout ou presque à la primauté de la Raison et à la reconnaissance de droits universels. Car c’est en faisant cet exercice de pédagogie que nous parviendrons à continuer à bâtir un futur en commun tout en préservant le droit légitime de se différencier.


Alexandre Navarre

Bibliographie :
Steven Pinker, Le triomphe des Lumières, 2018, Les Arènes.
Eva Illouz, collectif, L’âge de la régression, 2017, Gallimard.
Steve Tesich, A government of lies, 1992, The Nation.
Machiavel, Le Prince, c. 1550, Hachette.
Claude Poissenot, Le choc Trump : pourquoi nous sommes « après la vérité », 2016, The Conversation.
Myriam Revault d'Allonnes, La Faiblesse du vrai. Ce que fait la post-vérité à notre monde commun, 2018, Seuil.

Author


Avatar