News

Comment les OJ de Jeunes & Libres préparent les stages de l’été?

Dès demain commencent les stages d’été organisés par les organisations de jeunesse de Jeunes & Libres. Suivant les protocoles de déconfinement rédigés par le Cabinet de la ministre de la Jeunesse Valérie Glatigny, ReForm et Délipro Jeunesse ont préparé leurs stages d’été en fonction de la crise sanitaire qui frappe notre pays.

Nous vous proposons un rapide tour d’horizon des stages des antennes hennuyère et namuroise de ReForm et du siège de Délipro Jeunesse et des mesures de sécurité qui y ont été décidées.

ReForm

Chez ReForm, toutes les équipes ont créé en commun les protocoles de sécurité durant les stages dans toutes les antennes de l’OJ.

A l’antenne hennuyère de ReForm, deux stages sont organisés : « Camping Paradis » la première semaine de juillet, « Mes émotions » la seconde et « Des histoires d’animaux » durant la seconde. « Camping Paradis » se veut un court stage de trois jours, avec des activités en plein air basées sur le sport, la coopération et l’observation.

Avec la crise sanitaire actuelle, ReForm Silly a dû adapter ses stages afin d’assurer la sécurité de tous, enfants, animateurs et parents. Ainsi a été annulée la nuit à la belle étoile initialement prévue durant « Camping Paradis », les normes de sécurité étant trop lourdes à mettre en application pour une nuit en résidentiel. De plus, aucun intervenant extérieur n’a été sollicité cette année et le nombre de places a été limité à douze enfants maximum par stage.

Les sorties dans des lieux confinés ont également été annulées, les activités en plein air, telles que dans les plaines de jeux et dans les espaces boisés ont été privilégiées. Lorsque les activités se dérouleront dans les locaux, les enfants seront répartis dans trois pièces, avec un animateur.

Dès le premier jour, et ce durant tout le stage, l’équipe d’animation rappellera aux enfants les gestes de précaution et des affichages avec ceux-ci ont été placardés dans tous les locaux de l’OJ. Le nettoyage des mains sera très certainement l’activité la plus récurrente des stages, avec du gel et des lingettes nettoyantes disponibles en grande quantité. Si les gestes barrière interpersonnels ne s’appliqueront pas aux enfants entre eux, ils seront bel et bien d’usage entre les animateurs. Chaque jour, les locaux seront nettoyés par une professionnelle et/ou par l’équipe d’animation ainsi que le matériel.

Les enfants inscrits aux stages présentant des symptômes du Covid-19 ne participeront pas, et ce, afin de ne pas contaminer les autres enfants et l’équipe d’animation. Si un enfant présente des symptômes, une pièce à l’écart est prévue pour l’isoler du groupe et sous la surveillance d’un animateur jusqu’à ce que ses parents voire, éventuellement, un médecin le prennent en charge.

L’arrivée et le départ des enfants ont été planifiés. À cet effet, Geneviève Limbourg, responsable de ReForm Silly insiste : « Les parents accompagneront leurs enfants dans un sas d’attente où deux familles, au maximum, pourront être présentes simultanément. Bien entendu, les gestes barrières seront de mise entre toutes les personnes de plus de douze ans présentes sur les lieux de stage, parents et animateurs compris ».

Initialement, trois stages étaient organisés par l’antenne namuroise de ReForm dans trois communes : Fernelmont, Marche-en-Famenne et Somme-Leuze. En plus de ces derniers, un stage en résidentiel et plusieurs stages dans les locaux devaient les compléter.

La crise sanitaire a totalement changé la donne. Le stage prévu à Somme-Leuze a été annulé par la commune. À Marche-en-Famenne, l’équipe d’animation organisera un stage artistique en complément d’un stage tennis au club local qui gérera le protocole sanitaire. Quant aux stages dans les locaux et à Fernelmont, les activités ont été sensiblement modifiées. N’auront lieu que celles comportant le moins de contacts physiques entre enfants, telles que des bricolages, des préparations culinaires ou fabriquer du « slime ».

Le stage en résidentiel se déroule chaque année à la côte belge. Toutefois, cette année, aucune sortie à la piscine n’est prévue tandis que la sortie au parc d’attractions est maintenue. Caroline Batté, responsable de ReForm Namur explique : « En effet, un protocole strict a été fourni par le parc permettant d’assurer la sécurité des enfants et des animateurs. Une portion de plage balisée a été réservée par le centre de vacances pour le stage de ReForm exclusivement, évitant ainsi les contacts avec des personnes extérieures, tout comme un horaire de fréquentation a été réservé sur la plaine de jeux et au réfectoire pour les repas. De plus, un nettoyage des surfaces de contact sera réalisé régulièrement. Un dortoir et un local seront exclusivement réservés au stage de ReForm, sans accès aux autres résidents avec une entrée, une sortie et un sens de circulation dédiés ».

Comme à Silly, l’accès aux locaux sera interdit aux parents, ils déposeront et récupéreront leurs enfants à l’entrée des locaux. Du gel et le port du masque seront obligatoires. Un rappel des gestes de précaution sera fait au début de chaque stage et ceux-ci seront affichés partout dans les locaux. Conséquence des mesures d’hygiène, les garderies du soir seront raccourcies pour permettre aux équipes d’animation de nettoyer et de désinfecter les locaux.

Délipro Jeunesse

Chez Délipro Jeunesse, ce sont cinq stages pour enfants et adolescents qui sont programmés durant les deux mois de grandes vacances. Pour les plus jeunes, un stage « Sciences et découvertes » pour stimuler la créativité, comprenant des jeux de coopération et des bricolages, un stage « Nature et aventures » pour développer la créativité au moyen de la conception de décors et de jeux d’aventures et enfin « Délipr’Hollywood » autour de l’art de l’image grâce à des mises en lumières et des expressions scéniques. Les ados pourront quant à eux s’initier au scénario, au montage, au tournage et aux effets spéciaux lors du « stage vidéo » et à l’art de l’image durant le stage « Petits paparazzi ».

Délipro Jeunesse a également instauré un protocole de sécurité. Là aussi, un système d’accueil des enfants à l’entrée des locaux situés dans une école, avec un sens giratoire. Les parents seront conscientisés à ne pas rester et les contacts se feront de loin et oralement.

Comme ReForm, Délipro Jeunesse a fait le choix de ne faire appel à aucun prestataire extérieur et de conserver la même équipe durant chaque stage et toujours dans la même école. Les places ont été limitées à trente enfants maximum, répartis en trois groupes.

Du fait des difficultés à communiquer avec les enfants, surtout les plus jeunes, avec un masque, l’équipe d’animation ne portera un masque que durant les repas des enfants et en cas de soin. Chaque jour, les locaux et le matériel seront désinfectés par une professionnelle et par l’équipe.

Délipro Jeunesse s’est engagé à personnaliser le plus possible le stage de chaque enfant. Comme l’indique Audrey Mercier, coordinatrice de l’association : « Chacun d’eux disposera de la même place durant tout le stage, la même place durant les activités et durant le lunch. De plus, ils disposeront d’un bassin attitré pour le lavage des mains ».

Les gestes de précaution seront rappelés dès le premier jour et durant tous les stages, des affiches avec les rappels seront installées dans tous les locaux.

Une sécurité de tous les instants pour un état d’esprit serein

Si ces mesures de sécurité peuvent s’avérer lourdes et contraignantes tant pour les équipes d’animation que pour les enfants participants, elles ont pour buts d’assurer la sécurité sanitaire de tous, enfants, animateurs et proches de ceux-ci.

Elles permettront également que les stages se déroulent dans un climat apaisé et que les enfants puissent passer un moment de détente et de retrouvailles pour certains, après ces deux mois de confinement en dehors de l’école et sans contact hors de la famille proche.

Author


Avatar