News

Faut-il réformer le décret des Organisations de Jeunesse ?

Le secteur des Organisations de Jeunesse est régi par le décret du 26 mars 2009 fixant les conditions d’agrément et d’octroi des subventions aux Organisations de Jeunesse. De manière générale, une Organisation de Jeunesse est une asbl ayant pour objectif de favoriser le développement d’une Citoyenneté Responsable, Active, Critique et Solidaire auprès des jeunes (3-30 ans). Il existe actuellement 100 Organisations de Jeunesse reconnues par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il s’agit donc d’un secteur extrêmement hétérogène tant dans les thématiques qu’il aborde, les méthodologies qu’il utilise et les publics qu’il touche. De manière générale, on estime que la moitié des jeunes francophones ont fréquenté entre l’âge de 12 et 16 ans une Organisation de Jeunesse.

Au mois de mars 2017, l’évaluation du décret menée par l’Observatoire de l’Enfance, de la Jeunesse et de l’Aide à la Jeunesse (OEJAJ) arrivait à son terme. Avec un taux de participation de 80% de la part des Organisations de Jeunesse, cette évaluation a rassemblé une large part de notre secteur et présente donc une photographie exhaustive de celui-ci.1  Des enjeux à court, moyen et long termes se sont dégagés. Le secteur des Organisations de Jeunesse a donc toutes les cartes en main pour avancer et améliorer, conjointement avec les pouvoirs publics, le cadre législatif au profit des Organisations de Jeunesse et des jeunes de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Cette évaluation du décret montre une adhésion de l’ensemble des Organisations de Jeunesse aux finalités et aux concepts du décret. Les valeurs de CRACS font toujours écho auprès des différentes associations et nourrissent leur travail de terrain. Les OJ estiment d’ailleurs que le présent décret contient plus de leviers que de freins quant à leur action de terrain. En effet, celles-ci soulignent la relative liberté que leur laisse le cadre législatif dans les projets qu’elles mènent. Il ne s’agit donc pas de révolutionner le cadre législatif, mais plutôt d’apporter des modifications permettant d’améliorer efficacement le travail de terrain des OJ. Il nous importe de pérenniser la liberté associative des OJ en préservant leur obligation de moyens. Celle-ci garantit le côté expérimental et permet au Secteur Jeunesse d’être un des rares milieux où l’apprentissage par essai et erreur est encore permis aux jeunes. Ce faisant, les Organisations de Jeunesse sont un véritable laboratoire démocratique pour notre jeunesse.

Voilà pourquoi il convient, pour Jeunes & Libres, de se pencher sur certains aspects pragmatiques du décret afin de permettre d’améliorer leur travail au quotidien tout en leur offrant la possibilité de pérenniser leur action.


1  Pour l’analyse complète, voir OEJAJ, Décret du 26 mars 2009 déterminant les conditions d’agrément et de subventionnement des organisations de jeunesse. Rapport final d’évaluation, mars 2017.

Author


Avatar